À l’origine du projet

Entre la découverte de St Kilda en 2012 et le premier aboutissement du projet Kilda en 2015, trois années riches se sont écoulées. Voici toute l’histoire -ou presque !

Une découverte

En février 2012, Clément s’inscrit pour suivre une formation à la médiation culturelle dans le cadre de  l’e-studio. Il s’agit d’un dispositif mis en place par l’Institut d’Art Contemporain (IAC) de Villeurbanne afin de donner l’opportunité à des jeunes de présenter une exposition d’art contemporain au public.

Clément choisit de présenter deux des œuvres de l’exposition Insula au public : Kilda 1 et Kilda 2. La sonorité du mot et l’aspect mystérieux des œuvres signées CBMP ont déterminé son choix. C’est donc en préparant son intervention qu’il fait la découverte de St Kilda. Au cours de ses recherches, il se passionne pour l’histoire singulière de cet archipel perdu au nord de l’Écosse. Peu à peu, germe l’idée d’une histoire qui se déroulerait dans le cadre de St Kilda… Plusieurs mois de maturation sont nécessaires et en février 2014 Clément prend la plume pour se lancer dans l’écriture de sa nouvelle simplement nommée Kilda.

Une nouvelle

Clément écrit sa nouvelle en deux jours. Il la reprend quelques jours après, apporte quelques corrections puis décide de la faire lire à quelques amis. Thomas, musicien, est tout de suite enthousiasmé par le texte. En avril 2014, alors qu’ils sont en train de déguster un petit burger, la discussion s’engage sur Kilda. La nouvelle a touché le musicien qui en apprécie l’ambiance, l’univers ainsi que le dénouement final.

« –Ce serait génial de mettre en musique ton texte, tu vois comme une B.O un peu…

-Ha oui carrément, j’ai toujours eu l’envie de mener ce genre de projet. Je l’avais déjà initié sur un autre texte mais sans suite. Faut une personne motivée pour se lancer dans un projet comme ça !…

-Je suis motivé, ça me parle vraiment, je vois déjà le genre de musique que je pourrais faire.

-Allez, c’est parti ! ».

Et voilà, le projet Kilda lancé. Aux paroles, succèdent rapidement les actes, le duo est motivé. Nul doute que le projet sera mené à son terme !

Le Tasse-Livre, QG de la phase préparatoire du projet.

Le Tasse-Livre, QG de la phase préparatoire du projet.

Une collaboration fructueuse

Les réunions s’enchaînent, souvent au Tasse-Livre, bar situé place Sathonay à Lyon (1er arrondissement) qui devint le QG des deux amis. Thomas présente ses morceaux à Clément qui réajuste l’écriture de sa nouvelle. Et là, ça colle. Les morceaux proposés par Thomas plaisent à Clément car il a su effectivement capter l’esprit et l’univers de Kilda. La musique se marie à la perfection avec le texte. L’alchimie fonctionne.

Les six mois qui suivent sont consacrés à la réalisation des morceaux, ainsi qu’à la mise en commun d’idées destinées à faire vivre le projet. Le 17 novembre 2014, une première version de la nouvelle lue par Clément est enregistrée chez Thomas. Celui-ci s’occupe ensuite de monter la démo en ajustant la voix avec les morceaux composés. Cette version de travail est utilisée pour imaginer le rendu final de ce que pourrait donner Kilda. Le 6 décembre, celle-ci est prête. Au printemps 2015, Pierre et Eric sont choisis pour interpréter les personnages de Carrick et McGregor. En mai et juin 2015, les sessions d’enregistrement s’enchaînent. Après un été consacré au montage et au mixage, le projet est diffusé librement sur Internet depuis le 13 octobre 2015.

kilda_banniere_couleur

La bannière en couleur ©Catherine Duong / Atelier CAPACITES

Publicités

19 réflexions sur “À l’origine du projet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s